À nos corps défendants

Durée : 90 min
Année : 2019
Réalisation : IanB

Synopsis

Ce film ne raconte pas une histoire. Il se veut une approche sensible et radicale des violences psychologiques et physiques infligées aux habitant·es des quartiers populaires par la police. Les récits prennent place dans la France des vingt dernières années, celle de l’après Sarkozy, et sont rapportés par les premier·e·s concerné·e·s : pas de sociologue, pas d’historien, pas de journalistes ni de storytelling. Juste la parole de celles et ceux qu’on voudrait voir silencieux·ses : Wassil Kraiker et ses parents Zohra et Abdelaziz, des jeunes d’Argenteuil, Amine Mansouri et son père Moustapha, Ali Alexis et son épouse, Ramata Dieng et Farid El Yamni…

On y aborde la question de la domination, ou comment l’État traite les corps étrangers pour mieux les contrôler. Il est question de racisme, de torture et d’un combat vital pour la vérité. Les protagonistes de ce film n’avaient pas choisi de devenir un jour visibles, mais les violences systémiques en ont fait des combattant·e·s, à leurs corps défendants.

Sur le réalisateur

IanB est membre fondateur d’un collectif qui existe et se bat depuis 2012 contre les violences d’État, Désarmons-les ! Ce film, il l’a pensé à la fois comme une manière de clore un chapitre dans son combat personnel, une déclaration de guerre et un message sans concession à l’attention de celles et ceux qui oseraient encore nier le caractère systémique des violences policières.

À NOS CORPS DÉFENDANTS – TEASER – 2019

Ce film ne raconte pas une histoire. Il se veut une approche sensible et radicale des violences psychologiques et physiques infligées aux habitant·es des quartiers populaires par la police. Les récits prennent place dans la France des vingt dernières années, celle de l’après Sarkozy, et sont rapportés par les premier·e·s concerné·e·s : pas de sociologue, pas d’historien, pas de journalistes ni de storytelling. Juste la parole de celles et ceux qu’on voudrait voir silencieux·ses : Wassil Kraiker et ses parents Zohra et Abdelaziz, des jeunes d’Argenteuil, Amine Mansouri et son père Moustapha, Ali Alexis et son épouse, Ramata Dieng et Farid El Yamni…

On y aborde la question de la domination, ou comment l’État traite les corps étrangers pour mieux les contrôler. Il est question de racisme, de torture et d’un combat vital pour la vérité. Les protagonistes de ce film n’avaient pas choisi de devenir un jour visibles, mais les violences systémiques en ont fait des combattant·e·s, à leurs corps défendants.

https://volte-face.info/film-a-nos-corps-defendants/

Appel aux personnes blessées par la police à Dijon

La caisse de solidarité contre la répression organise une soirée pour parler des violences policières, et invite les personnes qui aurait été blessées par la police à la contacter.

Nous voulons organiser une soirée pour parler des blessures que les flics infligent, et de leurs conséquences sur nos vies personnelles, mais aussi sur nos manières de nous sentir à l’aise dans les rues de Dijon.

Le film « À nos corps défendants », qui parle de violences policières, sera projeté au cinéma l’Eldorado le 20 mars à 20h en présence de son réalisateur IanB, impliqué depuis plusieurs années dans des collectifs de personnes blessées.

Nous vous proposons de profiter de sa venue pour nous rencontrer et voir s’il est possible de s’entre-aider.

Contactez-nous par mail ou par téléphone si cette soirée vous intéresse, ou si vous avez envie de nous rencontrer à un autre moment.

La Caisse de solidarité contre la répression
caissedeso21@riseup.net
07 53 49 05 48

Depuis quelques années à Dijon, la Caisse de Solidarité contre la répression s’organise autour des questions de répressions policières et juridiques. Il s’agit essentiellement d’être en mesure de trouver des avocats, de trouver de l’argent collectivement pour les payer et d’élaborer ensemble les défenses des personnes inculpées.

Municipales à Dijon: une liste constituée à 100% d’avocats contre la réforme des retraites

Une liste constituée exclusivement d’avocats a été déposée en vue des élections municipales à Dijon, pour “éveiller les consciences” contre la réforme des retraites.

Cette liste baptisée “Nous ne battrons pas en retraite” est composée de 59 noms, tous avocats, et a pour objectif d'”éveiller les consciences”.

Une liste constituée exclusivement d’avocats a été déposée mardi en vue des élections municipales à Dijon, pour “éveiller les consciences” contre la réforme des retraites, selon la tête de liste, Jean-Baptiste Gavignet.

“On veut interpeller les gens, faire en sorte que les citoyens puissent s’exprimer car tous les citoyens sont concernés”, a déclaré Me Gavignet en sortant de la préfecture de Côte d’Or, où il venait de déposer la liste de 59 noms, tous avocats.

“L’enjeu, c’est que le débat ait lieu, c’est de créer un canal démocratique : il n’y a pas mieux que l’expression démocratique dans les urnes”, a ajouté la tête de liste, accompagnée à la préfecture de quelques dizaines de ses collègues. Baptisée “Nous ne battrons pas en retraite”, la liste est la première du genre à avoir été déposée en France, selon l’avocat, qui assure que “d’autres barreaux vont suivre”, sans plus de précision.
“Véritable indignation face à un plan social”

Le mouvement de grève des avocats contre la réforme de leur régime autonome de retraite, qui dure depuis plus de six semaines, est largement suivi à Dijon. La liste, initiée par un groupe d’avocats et non par le barreau, est apolitique, assure Me Gavignet: “On n’a pas de couleur; on a des valeurs”.

“On n’a pas de programme à proprement parler”, reconnaît Me Gavignet, qui assure qu’il ne s’agit “pas d’un coup de communication mais d’une véritable indignation face à un plan social qui ne dit pas son nom, d’environ 15 000 avocats”.

Selon le Conseil national des barreaux (CNB), qui représente les 70 000 avocats de France, la réforme entraînera la mort des petits cabinets en doublant les cotisations retraite (de 14 à 28%) pour ceux gagnant moins de 40 000 euros par an. La liste dijonnaise ne se fixe pas d’objectif en termes de voix ni de sièges. “Un bon score sera d’éveiller les consciences”, estime Me Gavignet.

Source L’Express : https://www.lexpress.fr/actualite/politique/municipales-a-dijon-une-liste-constituee-a-100-d-avocats-contre-la-reforme-des-retraites_2118746.html