Motion issue du congrès de l’ICEM-Pédagogie Freinet, suite à l’assemblée générale du mercredi 21 août

Les congressistes réunis à Sainte Gemmes sur Loire s’opposent à la loi Blanquer, défendent l’école du peuple, matrice de l’émancipation collective des enfants.

Les congressistes ressentent un besoin non seulement de parler de pédagogie, mais aussi des réformes Blanquer et de l’environnement social dans lequel nous travaillons.

Le mouvement Freinet est dans son rôle car il y a une dimension d’engagement social dans la pédagogie Freinet.

Nous défendons un service public qui échappe à l’autoritarisme et s’oppose à la privatisation.

Nous considérons qu’il y a des convergences avec les gilets jaunes et les personnels en lutte dans tous les services publics contre les réformes qui le détruisent.

L’ICEM soutient tous les enseignant-e-s qui refuseront de faire passer les évaluations, d’en remonter les résultats et de participer à la mise en concurrence des écoles et des enseignant-e-s entre eux.

Nous nous appuyons sur nos valeurs pour une école émancipatrice pour
Refuser d’être des enseignant-e-s exécutants et nous défendons une place d’enseignant-e concepteur.

Nous refusons la prolétarisation des enseignant-e-s et défendons la liberté pédagogique car ce sont les enseignant-e-s de terrain qui sont à même de savoir et de construire collectivement ce qui est bien pour leurs élèves.

Nous défendons l’école publique et tous les services publics.

Nous appelons à la résistance collective, aux sabotages pour refuser ces nouvelles directives :

  • Non aux réformes Blanquer et à l’accroissement des inégalités sociales
  • Non au fichage des enfants, non à la répression des élèves et des enseignants qui résistent
  • Oui à l’école publique gratuite qui est un conquis social des enfants, de la maternelle à l’Université
  • Oui à une éducation qui permette à chaque enfant de prendre sa part à l’avenir d’un monde plus juste et plus solidaire.

Topette numéro 4 : https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/58502