Atteintes au droit de manifester des Gilets Jaunes, Amnesty International appel et demande aux personnes qui ont été placées en garde à vue ou poursuivi de les contacter

Amnesty International souhaite entrer en contact avec des personnes qui ont été interpellées, mises en garde à vue et, le cas échéant, poursuivies pour groupement en vue de commettre un acte de violence, et/ou outrage et/ou rébellion à l’encontre des personnes dépositaires de l’autorité publique, ou encore dissimulation du visage lors d’une manifestation.

Pourquoi ?

Amnesty International entame une enquête concernant le droit de manifester en France, centrée sur les poursuites pénales des manifestants dans le cadre du mouvement social des Gilets Jaunes.

Ce travail a pour but d’analyser les conséquences de l’application de certaines dispositions du droit pénal sur le respect du droit à la liberté de manifestation pacifique.  

Comment ?

Merci d’apporter votre témoignage à l’adresse mail suivante : Marco.Perolini@amnesty.org

Cette première prise de contact aura pour but de récolter votre témoignage individuel afin de voir s’il peut servir à apporter des éléments d’analyse aux restrictions de la liberté de manifester.

Certains témoignages pourront éventuellement être publiés dans un rapport public, avec l’accord des personnes concernées et la possibilité de préserver leur anonymat. Pour vous donner une idée,vous pouvez lire certains témoignages apportés par les manifestants contre le projet de loi Travail dans le rapport « Un droit, pas une menace » (50 pages) publié par Amnesty International en 2017.